Juin 2024 : augmentation de production de crédits et baisse des refus de prêt immobilier à Léguevin

Partager sur :

Le marché immobilier connaît une évolution significative en juin 2024, avec une augmentation notable de la production de crédits et une diminution des refus de prêt. Cette dynamique reflète plusieurs facteurs économiques et politiques qui façonnent l'accès au financement immobilier. Si vous comptez réaliser un projet immobilier à Léguevin, sachez que tous les voyants sont au vert en ce moment.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes

En juin 2024, les institutions financières ont observé une hausse remarquable de la production de crédits immobiliers à Léguevin. Les chiffres montrent une augmentation de 16 % par rapport à la même période l'année précédente. Plusieurs éléments expliquent cette croissance, notamment une politique monétaire favorable et des taux d'intérêt en baisse. Les buts des banques sont simples : stimuler l'investissement immobilier et soutenir l'économie dans son ensemble.

Facteurs provoquant les refus de prêt

Parallèlement à l'augmentation des crédits, on constate une diminution significative des refus de prêt immobilier. Plusieurs facteurs clés expliquent cette tendance :

  • L’assouplissement des critères de prêt : cet assouplissement inclut une tolérance accrue envers les emprunteurs ayant des historiques de crédit moins parfaits. Il est accompagné d’une prise en compte plus favorable des revenus et des situations professionnelles variées.
  • Le soutien gouvernemental : on parle ici des subventions, des aides fiscales et des programmes spécifiques visant à soutenir les primo-accédants et les ménages à revenu modeste.  

Perspectives pour le secteur immobilier

D’une part, la combinaison d'une augmentation de la production de crédits et d'une baisse des refus de prêt suggère une période de stabilité et de croissance pour le secteur immobilier. Les experts prévoient le maintien de cette tendance au moins pour le reste de l'année 2024. D’autre part, il est important de rester vigilant face aux risques potentiels. Un assouplissement excessif des critères de prêt pourrait entraîner une augmentation des défauts de paiement à long terme.